LES NAUX

 

Histoire d'un 
coup de foudre

Histoire du village
La magie d'un site
L'âme d'une région
L'accès aux Naux
Naux dans les livres
Liens
Pourquoi ce site?

Hit-Parade
Un architecte victime de l'envoûtement des Naux

Nous ne fûmes pas les seuls à tomber sous le charme des Naux. En 1972-73, un jeune architecte cherchant un sujet de thèse, Jacques Karlin, parcours les provinces françaises les plus reculées afin de trouver LE hameau abandonné qui lui offrira non seulement la matière de son étude mais en plus un émerveillement particulier. Il foule alors tous les sentiers ou presque des Pyrénées, des Cévennes, de Haute-Loire à la recherche d'un village abandonné ayant un minimum de viabilité (eau et électricité).

De déceptions en difficulté, il arrive dans les Alpes de Haute-Provence, chemin qui allait le mener aux Naux. Voici le récit qu'il fit de son arrivée dans la région et de sa découverte de notre petit village :

"Poursuivant mon chemin, je découvris les Alpes de Haute-Provence et surtout la région de Sisteron. Un sentiment de bien-être s'établit tout de suite [...] Mon arrivée au village fut assez hasardeuse, car la route menant au village est très mauvaise ; ce petit chemin, c'était déjà le charme des Naux. A peine arrivé à pied au village, je fus tout de suite séduit par la situation exceptionnelle du hameau protégé au nord par une barrière rocheuse et dominant, au sud, une vaste vallée. [...] L'impression qui se dégageait après cette première visite était que dans le village de Naux on respirait à grands poumons et que l'on découvrait, sous tous les angles, un paysage varié et féerique.[...] Ayant comparé et examiné les situations des différents villages que j'avais visités, après avoir parcouru plus de 10 000 km en trois semaines, je décidai de choisir les Naux"

C'est ainsi le village fut choisi pour faire l'objet d'une thèse d'architecture dirigée par J. Bosson.

Et Jacques Karlin de conclure :

"La situation, la diversité de ses bâtiments et l'écologie générale que l'on percevait, dans un premier temps, qui nous absorbent et deviennent passionnantes lorsque l'on découvre toutes ces richesses, m'ont fait choisir ce hameau, qui m'a séduit jusqu'au retour à mon véhicule, car mon chemin fut animé constamment par des sons variés et très musicaux, tels que le bruit des sources d'eau et des petits ruisseaux, le bourdonnement des insectes et tout un monde magique qui entourait ce village, atmosphère que je n'avais ressentie nulle part ailleurs."

Que dire de plus? Que pouvons-nous ajouter à cette introduction de thèse, qui peut sembler parfois frôler le dépliant touristique alors que cela n'est autre que la déclaration d'amour d'un architecte pour un site envoûtant?

En tant que propriétaire du village, j'ai même été convié à faire partie du jury de soutenance de cette thèse. Voir mon village faire l'objet de 300 pages d'étude ne pouvait que me rendre clément envers cet étudiant assidu et particulièrement doué !


L'histoire d'un coup de foudre


Des gamins sous le charme...

Un architecte victime de l'envoûtement des Naux